Une décou­verte : Béliard, Les bords de l’Oise

Depuis que j’ai consa­cré un pre­mier article à Édouard Béliard, en jan­vier 2011, j’écume la toile à la recherche d’autres tableaux de ce peintre, dans l’espoir de voir de nou­veaux musées numé­ri­ser leurs col­lec­tions ou de trou­ver une trace dans les cata­logues des ventes aux enchères. Espoir nul­le­ment trom­peur, parce que je peux vous pré­sen­ter aujourd’hui une toile de l’ancien maire d’Étampes qui est venue enri­chir le pay­sage artis­tique : « Les Bords de l’Oise ».

Édouard Béliard, Les bords de l'Oise
Édouard Béliard, Les bords de l’Oise. Cré­dit pho­to­gra­phique : http://gallerix.ru

La toile en ques­tion a été pro­po­sée à la vente par la mai­son lon­do­nienne Sotheby’s, le 13 décembre 2007, dans la série inti­tu­lée « Impres­sio­nist and Modern Art », comme lot 123, et attri­bué à Edmond Joseph Béliard (sic).

Et voi­ci d’ailleurs l’indice qui m’a per­mis de retrou­ver la trace de ce tableau. Bizar­re­ment, Béliard semble être connu, aujourd’hui, sous deux pré­noms dif­fé­rents, Edmond et Édouard. Je me suis ren­du compte de ce pro­blème sur le site « L’Univers des Arts » où la notice bio­gra­phique parle d’Edmond au lieu d’Édouard. Suite à quelques recherches, je pen­che­rais plu­tôt pour la deuxième variante, pré­nom qu’on retrouve quand il s’agit des acti­vi­tés poli­tiques de l’intéressé, mais c’est une ques­tion qui mérite d’être élu­ci­dée. En atten­dant, j’ai jeté ces nou­velles don­nées en pâture à mon moteur de recherche favo­ri, et je me suis retrou­vé avec un nou­veau tableau sous le nez que je tiens à faire entrer dans ma petite gale­rie numé­rique.

Le tableau en ques­tion n’étant pas daté, il est dif­fi­cile de don­ner des ren­sei­gne­ments fiables quant à sa genèse, je pen­che­rais tou­te­fois pour la pre­mière moi­tié des années 1870, quand Béliard han­tait la région en com­pa­gnie de Pis­sar­ro. En plus, il pré­sente de fortes res­sem­blances avec deux tableaux datant de la même époque, repro­duits dans l’article « Le peintre qui devint maire ».

Voi­là une petite décou­verte que je par­tage avec mes visi­teurs, et dont je me réjouis tout par­ti­cu­liè­re­ment, étant don­né qu’elle vient aug­men­ter le très petit nombre de tableaux de Béliard, acces­sibles au grand public.

Ailleurs dans la Bauge

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑